Accueil du site > 01. Le réseau > 03. Conseil scientifique

03. Conseil scientifique

Présentation des membres du conseil scientifique : Gilles Debizet, Isabelle Estienne, Patrice Godier, Isabelle Grudet, Laurent Matthey, Nadine Roudil, Corinne Sadokh

Un comité scientifique réunit des personnalités de la recherche architecturale et urbaine, mobilisées sur la thématique du programme scientifique en cours.

Gilles Debizet, maître de conférences en aménagement et urbanisme, Université Grenoble 1, UMR PACTE
Au croisement de la géographie et de la sociologie de l’innovation, il analyse la construction et la diffusion de l’expertise urbaine à l’épreuve de la durabilité. Ses travaux portent sur la planification des transports, la rénovation énergétique des bâtiments, le management de projets immobiliers et ferroviaires ainsi que les politiques urbaines Climat-Energie. Il coordonne le groupe de travail Construction Aménagement Durabilité de l’UMR PACTE.
Il dirige actuellement deux projets de recherche financés par l’ADEME : Ecoquartier NEXUS Energie (2011-15, PACTE, CEA-INES, EDDEN, INNOVACS, GEM) concerne les gouvernances de la gestion des intermittences et du stockage de l’énergie du bâtiment au quartier, Les chemins de l’innovation urbaine (2011-13) porte sur les concepts et les grands acteurs de la diffusion de l’innovation urbaine durable au Canada, aux Etats-Unis et en Suisse. Il mène aussi un travail de R&D pour Grenoble Alpes Métropole en partenariat avec l’Agence d’Urbanise de la Région Grenobloise sur l’intégration des objectifs Climat-Energie dans les PLU et le copilotage des projets immobiliers par les communes.
Maître de conférences en aménagement à l’Université Joseph Fourier Grenoble1, il a enseigné dans des formations en ingénierie (Grenoble 1 et EPFL), architecture (ENSAG), urbanisme (IUG-UPMF), géographie (Grenoble 1 et UNI Lausanne). Il a cofondé et dirigé la spécialité MOBat du master Sciences du Territoires de Grenoble. En 2011-12, il est chercheur-invité à l’Université de Lausanne.

Isabelle Estienne, Maître assistant, Ville et territoire, discipline urbanisme et projet urbain Chercheur au Lacth
Architecte DPLG et docteur en aménagement et urbanisme, Isabelle Estienne est Maître assistant à l’Ensap de Lille où elle enseigne l’architecture et de paysage. Elle est chercheuse au Lacth. Ses travaux portent sur le paysage et les paysagistes : stratégies professionnelles, projet de paysage, politiques publiques, grande échelle, ou encore l’urbanisme de la « ville-nature ». Elle a coordonné durant plusieurs années la Plateforme d’observation des projets et stratégies urbaines de la métropole lilloise (POPSU) « Vivre ensemble dans l’espace métropolitain : créativité, nouveaux liens, nouveaux territoires ».

Patrice Godier, sociologue, chercheur enseignant au PAVE - Profession Architecture Ville et Environnement, UMR E. Durkeim, EnsapBx
Dans ses travaux, Patrice Godier développe une analyse de la fabrication des territoires, des espaces bâtis et de la ville. Ses investigations théoriques et empiriques se centrent sur deux objets principaux : les espaces produits (métropole, ville, quartier, structures d’habitat, équipements) pour une lecture critique de leur conception et fabrication ; les dispositifs et les acteurs qui contribuent à sa production. Appliquées aux domaines de l’habitat et de l’espace urbain, ses recherches se déploient dans le cadre français et international, et reposent sur un échange de savoirs entre le domaine du projet (architectural, urbain, de territoire) et celui de la sociologie appliquée aux champs de l’architecture, de l’espace et du territoire.

Isabelle Grudet, docteure en architecture, ingénieure de recherche du ministère de la Culture et de la communication, Ensaplv, membre du Laboratoire Espaces Travail - UMR LAVUE
Elle mène des recherches sur les discours de différents acteurs de l’architecture et de l’urbanisme dans une perspective d’histoire (20ème siècle) ou de sociologie des savoirs et des pratiques. Elle travaille sur les médiations architecturales et urbaines, sur des éléments qui interviennent dans la fabrication, notamment symbolique, du projet d’architecture et d’urbanisme, aussi bien les personnes qui sont à l’œuvre dans la conception ou la critique, que les contextes de ces processus ou encore les mots ou les images à travers lesquels ces projets sont élaborés, diffusés, exposés, critiqués. Interdisciplinaires et traversés par des logiques conceptuelles, techniques et politiques, les projets durables sont des terrains intéressants pour comprendre comment se conjuguent cultures professionnelles et évolutions des savoirs et des pratiques. Dans ce domaine, elle a récemment participé à la recherche « Le projet architectural durable négocié : pratiques, compétences, valeurs » (C. Camus dir., Puca, MEEDDAT) et dirige actuellement la recherche « L’habitant et la fabrication énergétique des écoquartiers. Processus, conception, réception ». Programme de recherche « Ignis mutat res. Penser l’architecture, la ville et les paysages au prisme de l’énergie », Ministère de la Culture et de la Communication, Ministère de l’Écologie, du Développement durable et de l’Énergie, Atelier international du Grand Paris, Veolia Environnement Recherche et Innovation, Institut d’excellence des énergies décarbonées « Véhicule Décarboné, Communicant et sa Mobilité », CSTB.

Laurent Matthey, enseignant-chercheur, Université de Genève, Département de géographie et environnement, Institut de la gouvernance de l’environnement et du développement territorial
Laurent Matthey est docteur en géographie de l’Université de Lausanne. Professeur à l’Université de Genève depuis 2014, il y dirige le master en développement territorial. Avant de rejoindre l’Université de Genève, il a collaboré avec les Universités de Lausanne, Neuchâtel et Fribourg. Il a également été directeur de la Fondation Braillard Architectes à Genève. Laurent Matthey réalise des recherches dans les domaines des politiques urbaines, des paysages urbains et des nouvelles modalités de l’urbanisme. Il est directeur scientifique du forum vie nocturne de la Ville de Lausanne.

Nadine Roudil, sociologue, professeur, ENSA de Lyon
Nadine Roudil est sociologue, professeure en sciences humaines et sociales à l’École nationale supérieure d’architecture de Lyon. Elle est chercheure au sein du Centre de recherche sur l’habitat (CRH), composante de l’UMR 7218 LAVUE (Laboratoire Architecture, ville, urbanisme, environnement), et chargée d’enseignements à Sciences Po Paris au sein du master « Stratégies territoriales et urbaines ».
Ses travaux ont pour objet de considérer la place de l’habitant en ville à partir de la thématique du rapport à la norme, et de réfléchir aux mécanismes de production des inégalités sociales et de leur traduction spatiale. Elle nourrit particulièrement sa réflexion des contextes de la rénovation urbaine et de la fabrique de la ville durable. Elle a notamment publié Usages sociaux de la déviance. Habiter la Castellane sous le regard de l’institution (Paris : L’Harmattan, 2011).

Corinne Sadokh, maitre assistante à l’Ensa de Toulouse, membre du LRA
Corinne Sadokh est architecte DPLG, titulaire d’un DEA en ethnologie. Elle est maitre assistante à l’école d’architecture de Toulouse, chargée de mission observatoire et insertion professionnelle et chercheuse au LRA (Laboratoire de Recherche en Architecture). Elle a exercé comme architecte urbaniste libérale, a dirigé un atelier public d’urbanisme et d’architecture. Elle collabore aujourd’hui avec une structure d’ingénierie de la concertation. Ses enseignements, travaux de recherche et sa pratique professionnelle portent sur les métiers de l’architecture, l’insertion professionnelle des architectes et sur l’espace public : usages, représentations, participation des habitants à la fabrication des espaces urbains. Elle développe des expérimentations pédagogiques en lien avec ses travaux. Elle est membre du Bureau de l’APUMP (Association des Professionnels de l’Urbanisme de Midi-Pyrénées).

Anciens membres du conseil scientifique :

Laure Héland, docteure en aménagement et urbanisme, maître-assistant à l’Ensaplv et membre du Laboratoire Espaces Travail
Sa thèse « Le quartier comme lieu d’émergence, d’expérimentation et d’appropriation du développement durable » propose une analyse à partir des processus d’aménagement de deux quartiers européens : Vauban et Hyldespjoeldet. Membre associé de l’équipe COST Construction politique et sociale des territoires de l’UMR Citères - CItés, TERritoires, Environnement et Sociétés.

Géraldine Molina, docteure en Géographie et Urbanisme - Aménagement de l’espace, post-doctorat à l’IRTVS, Ecole centrale de Nantes
Ses travaux portent sur le système d’acteurs et les grandes problématiques actuelles relatives à la production de la ville. En questionnant notamment le rôle des discours des fabricants d’espaces, elle s’attache à décrypter la construction de la légitimité et des identités professionnelles dans les champs de l’architecture et de l’urbanisme, les relations interprofessionnelles et les stratégies de positionnement qui s’y déploient. Dans le cadre d’un post-doctorat CNRS, elle interroge actuellement plus particulièrement les recompositions professionnelles des acteurs de l’architecture et de l’urbanisme autour de la question environnementale et plus particulièrement de l’enjeu climatique (experts, acteurs institutionnels, praticiens, etc.).

Hélène Subrémon, socio-anthropologue, post-doctorante, docteur en sociologie, LATTS, Ecole des Ponts ParisTech
Ses recherches portent sur les usages de l’énergie et les manières d’habiter en Europe. Elle travaille au renouvellement des enjeux du développement durable à la rencontre des sciences sociales et des études urbaines et spatiales. Elle a soutenu sa thèse en 2009, « Habiter avec l’énergie. Pour une anthropologie sensible de la consommation d’énergie ». Elle mène désormais des recherches sur la ville durable et sur la transition énergétique des villes européennes. Thématiques de recherche : usages de l’énergie, modes d’habiter en Europe, ville durable, anthropologie de l’espace et des techniques.

Jean-Jacques Terrin, laboratoire LéaV, co-responsable de l’équipe de recherche ICADD (Innovation, conception, architecture et développement durable), Ensa-v (période 2011-2013).
Jean-Jacques Terrin s’attache à étudier le processus de production de l’architecture et de la ville, à toutes ses échelles d’opérabilité dans l’objectif de répondre aux mutations auxquelles est confrontée la fabrication du cadre bâti. Cette posture de recherche l’a conduits à orienter leurs objets d’étude vers la satisfaction des conditions d’un développement durable de l’établissement humain. Face à la montée des nouveaux enjeux contemporains, économiques, sociaux, environnementaux et techniques, les processus de conception dans lesquels s’inscrit la production architecturale et urbaine doivent être repensés. Il participe actuellement au projet européen IP City et élabore une plateforme européenne sur le projet urbain pour le GIP EPAU (PUCA). Il organise le séminaire doctoral, Processus de projet et stratégies de l’innovation.

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0

Edition et créa par Teddy Payet pour les RAMAU sous SPIP 2.1.27 [22103]