Accueil du site > 06. Agenda > 14/04/16 - L’Ouscipo : l’ouvroir de sciences sociales potentielles. (...)

14/04/16 - L’Ouscipo : l’ouvroir de sciences sociales potentielles. Co-construire et restituer, ressources heuristiques et éthiques

jeudi 14 avril 2016

Intervention animée par Corentin Durand (CMH-PRO / IMM-LIER, École des hautes études en sciences sociales) dans le cadre de son séminaire sur les méthodes qualitatives en géographie et sciences sociales, qui se déroulera le jeudi 14 avril 2016 de 13h00 à 15h00 à la Maison de la recherche, 28 Rue Serpente, 75006 Paris, salle 513.

La restitution et la diffusion des résultats constituent à n’en pas douter les étapes les moins balisées de la littérature méthodologique. La nécessaire autonomie de la production scientifique tend à considérer tout contact avec les acteurs des mondes sociaux étudiés, soit comme la production d’un matériau de l’enquête, soit comme un à-côté de la recherche.

"Dans cette présentation, on voudrait discuter les potentialités scientifiques et les implications politiques de recherches construites en dialogue avec des acteurs de la société civile. Pour ce faire, on s’appuiera sur une expérience menée avec Liora Israël depuis 2014 : l’animation d’un dispositif d’articulation du travail d’étudiants de l’EHESS avec des structures de la société civile, l’Ouvroir de sciences sociales potentielles – Ouscipo (ouscipo.ehess.fr).

Dans le cadre d’enquêtes collectives ou de leurs travaux individuels, les étudiants sont en ainsi invités à inscrire leur recherche dans des partenariats avec des acteurs des mondes sociaux qu’ils étudient. Bénéficiant d’accès privilégiés aux données nécessaires à l’enquête, les étudiants sont également accompagnés dans une démarche exigeante de restitution de leurs résultats, et ce dans des formats adaptés aux publics visés.

D’un point de vue heuristique et pédagogique, on voudrait suggérer que le dialogue avec des partenaires issus de la société civile, en amont, en aval et tout au long de l’enquête, permet d’enrichir le travail de problématisation et d’analyse de la réflexivité des acteurs sur leurs pratiques. La rupture épistémologique entre « sens commun » et « sens savant » se pense alors moins comme l’exclusion de deux savoirs inégaux, et davantage comme une traduction réciproque de modes d’intelligibilité différents du monde social. La restitution constitue en cela une épreuve exigeante de la plus-value du travail scientifique, et un garde-fou utile contre la surinterprétation normative.

Du point de vue de l’engagement politique des sciences sociales, la controverse anglo-saxonne autour de la public sociology invite à penser l’importance du choix des publics auxquels nous restituons nos travaux. Qui sont les publics que nous invitons – ou qui s’invitent – à discuter de nos travaux ? On s’interrogera notamment – à partir du cas des études sur le champ pénitentiaire – sur les tensions que font émerger les velléités à élargir les publics des sciences sociales."

Entrée sur présentation d’une carte professionnelle ou d’étudiant à l’entrée de la Maison de la Recherche, dans la limite des places disponibles.

Les personnes non membres de l’Université Paris-Sorbonne souhaitant assister au séminaire sont priées de se signaler à l’avance à Olivier Milhaud , afin que leurs nom et prénom soient transmis au préalable aux vigiles à l’entrée.

Voir en ligne : la présentation du cycle de séminaires "Les méthodes qualitatives en géographie et sciences sociales" sur le site du Laboratoire ENeC

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0

Edition et créa par Teddy Payet pour les RAMAU sous SPIP 2.1.27 [22103]