Accueil du site > 05. Recherche doctorale > La formation des élus à l’architecture ou l’expérience édilitaire de (...)

Renault (D.)

La formation des élus à l’architecture ou l’expérience édilitaire de l’architecture

Thèse de doctorat en Architecture (Laboratoire ATE)

6 mars

Damien Renault est doctorant au laboratoire Architecture, territoire, environnement de l’École Nationale Supérieure d’Architecture de Normandie sous la direction de Caroline Maniaque et architecte diplômé de l’École Polytechnique Fédérale de Lausanne .

Résumé de la thèse :

La Stratégie nationale pour l’architecture a prévu, en 2015, de « mettre en place des formations sur les problématiques architecturales pour les cadres de l’administration […] et pour les élus » (mesure 5), et la loi du 7 juillet 2016 relative à la liberté de création, à l’architecture et au patrimoine, complétant la loi du 3 janvier 1977 sur l’architecture, précise que les CAUE contribuent « directement ou indirectement, à la formation et au perfectionnement des élus, des maîtres d’ouvrage, des professionnels et des agents des administrations et des collectivités qui interviennent dans le domaine de la construction » (article 7, § 2). Or certains CAUE et d’autres organismes de formation dédiés aux élus proposent déjà des formations à leur attention, dans les domaines de l’architecture et de l’urbanisme. Les élus rencontrent aussi, dans l’exercice de leurs responsabilités, une grande variété de situations de conseil et de sensibilisation, où ils interagissent avec différents architectes investis auprès d’eux d’une mission de médiation, tels que les architectes-conseils de l’État, les architectes-conseillers des CAUE ou les assistants à maîtrise d’ouvrage, entre autres acteurs de la construction. Quand donc y a-t-il formation à l’architecture ? Dans la perspective d’une professionnalisation des élus et des architectes médiateurs auxquels ils ont affaire, j’ai pris le parti d’analyser un corpus de situations de formation existantes, correspondant à différentes expériences édilitaires du conseil ou de la médiation d’architecture. Partant de l’hypothèse que la formation suppose l’accommodation des représentations ou des points de vue sur l’objet de la formation, il s’agit d’évaluer, dans chaque situation, le nombre et la qualité des jugements exprimés et des interactions entre élus et médiateurs – analyse didactique aux enjeux non seulement pédagogiques, mais aussi théoriques : quand donc y a-t-il (expérience d’)architecture ?

Mots clés : formation, élus, critique

Voir en ligne : Le résumé de la thèse sur le site thèses.fr

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0

Edition et créa par Teddy Payet pour les RAMAU sous SPIP 2.1.27 [22103]