Accueil du site > 04. Documentation > Habitat et maladie d’Alzheimer

Labarchède (M.)

Habitat et maladie d’Alzheimer

Architecture et appropriation spatiale et territoriale

Thèse de doctorat de l’Université de Bordeaux en Sociologie, effectuée au sein du Centre Émile Durkheim et du laboratoire PAVE de l’école d’architecture et de paysage de Bordeaux sous la direction de Guy Tapie et Muriel Rainfray. Thèse soutenue le 28 janvier 2021.

"Aborder la question de l’habitat pour la personne âgée implique d’agir dans une optique d’amélioration des conditions de vie et des conditions matérielles propices à leur développement personnel. Dans le cas de la personne atteinte de la maladie d’Alzheimer, cela est d’autant plus fort que la maladie interroge directement la conception de son habitat – le cadre matériel d’existence – et les processus de socialisation en œuvre. Il s’agit alors de faire face à des personnes qui souffrent de pertes de mémoire et de difficultés d’orientation dans le temps et dans l’espace, responsables d’une perte d’autonomie évoluant avec la maladie vers un état de dépendance physique et psychique sans pour autant oublier le caractère déstabilisant de la maladie pour l’entourage."

"Dans notre thèse, nous souhaitons donc nous focaliser sur les spécificités de l’habitat des personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer et la manière dont il participe à leur intégration spatiale et sociale au quotidien, à leur bien-être en général ou inversement à leur mise à l’écart. Il s’agira donc réellement de croiser les savoirs de la médecine, de l’analyse clinique et scientifique des personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer, des conditions de vie de ce type de population avec ceux issus d’une réflexion sur l’architecture et sa fabrication, sur l’appropriation de l’espace."

Voir le résumé de la thèse sur le site du laboratoire Pave

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0

Edition et créa par Teddy Payet pour les RAMAU sous SPIP 2.1.27 [22103]