Accueil du site > 04. Documentation > L’ingénierie territoriale comme opérateur de capacitation territoriale

Lapostolle (D.)

L’ingénierie territoriale comme opérateur de capacitation territoriale

Pour une prise en compte de l’expérience des publics dans la territorialisation de la transition écologique

Mémoire d’Habilitation à Diriger des Recherches en Sciences de l’Homme et Société, Géographie de l’Université Grenoble Alpes, Unité Mixte de Recherche ThéMA - Théoriser et modéliser pour aménager. Soutenu en janvier 2021.

"Partant d’une analyse critique de l’évolution de l’ingénierie territoriale, qui, au cours des vingt dernières années s’est progressivement pliée au gouvernement à distance et aux préceptes du new public management dans le pilotage des dispositifs d’aménagement et de développement territorial, ce travail d’HDR propose la notion d’ingénierie de capacitation territoriale. L’enjeu, dans un contexte de changements environnementaux globaux et d’injonction à la transition écologique est de de faire du territoire un espace de capacitation favorisant l’agencéité individuelle et collective de ses habitants et de ses représentants pour définir des trajectoires de développement alternatives sous contrainte écologique forte. La construction d’une capacité collective à définir des buts et à agir de manière cohérente pour les atteindre passe par la production d’une intelligence collective au sein de communautés épistémiques transdisciplinaires. Celles-ci organisent la rencontre entre chercheurs et acteurs territoriaux afin de produire collectivement une connaissance et une façon de penser partagée et opérationnelle. Elles redéfinissent la posture des chercheurs, nécessitent la co-création de nouvelles méthodes d’enquête avec une pluralité d’acteurs pour interpeller les décideurs au sein d’un opérateur territorial de transition. Celui propose des innovations institutionnelles, susceptibles d’irriguer le territoire en idées, intuitions, découvertes collectives au service de trajectoires de développement alternatives."

PLAN DU MEMOIRE

  • Introduction
  • L’ingénierie territoriale et ses publics. De l’acceptabilité sociale des modalités de développement à l’agencéité collective
    • La logique bureaucratique de l’ingénierie territoriale en action dans les territoires de projet
    • Régime de publicisation et de problématisation de l’action : Passer de l’acceptabilité sociale à l’agencéité collective
  • L’ingénierie de capacitation territoriale et l’enquête transdisciplinaire dans un contexte de transition socio-écologique
    • La création de communautés épistémiques transdisciplinaires au cœur de l’ingénierie de capacitation
    • Essai de concrétisation de l’ingénierie de capacitation territoriale : le Living Lab territorial pour la transition sociale et écologique
    • Quand les effets d’observation et l’intelligence collective questionnent la posture du chercheur
  • La capacitation territoriale se traduit dans l’opérateur territorial de transition
    • Construire un OTT dans le cadre de BFC en transition
    • Processus de connaissance ouvert et gouvernance : l’OTT en action
    • La création d’indicateurs de capacitation, un enjeu de constitution de l’OTT
    • Les Villages du futur, l’OTT et le recadrage des politiques de développement rural en région Bourgogne-Franche-Comté
  • Conclusion : Le droit à la transition. Un objet transdisciplinaire pour redéfinir les cadres et finalités du développement

Lire l’intégralité du mémoire sur le site hal.archives-ouvertes

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0

Edition et créa par Teddy Payet pour les RAMAU sous SPIP 2.1.27 [22103]